La jeune Dame

Mon travail n’est plus le même avec la COVID-19

Il n’est pas toujours facile de se faire à l’idée de perdre un emploi. Au vu des résultats de  l’enquête portant sur l’impact de la COVID19, de jeunes travailleurs ont été tout bonnement licenciés, d’autres sont en chômage technique et l’avenir leur parait incertain.

D’autres sont de jeunes entrepreneurs qui ne veulent surtout pas rester dans l’inaction. Voici quelques extraits de l’enquête qui m’ont beaucoup touché…

En répondant à notre questionnaire, Cissé, un jeune homme de 25ans avoue qu’il sortait de chez lui à 05h pour ne rentrer que vers les coups de 23h. Sur le plan professionnel, il a perdu un emploi qu’il considérait comme sa dose d’activité sportive pour bien démarrer sa journée car étant coach dans un centre d’aquabike.

Avec la pandémie, il peut arriver qu’il reste toute la journée à travailler dans sa chambre, il dénombre quelques points positifs :  il consacre plus de temps à la rédaction de son mémoire et à sa famille.

Pour Cissé, cette période se vit « d’une manière philosophique avec adaptation ». Elle lui permet de voir d’autres horizons et de développer des compétences, Il voit plus d’opportunités qui peut-être ont pu être révélés grâce à ce moment de répit : l’importance du digital tant négligé auparavant par certaines entreprises. En tant qu’acteur dans ce domaine, il espère voir son CA (Chiffre d’affaires) augmenter à la sortie de cette crise.

Une jeune femme qui a préféré garder l’anonymat a aussi avancé qu’avec la pandémie, elle se sent isolée car elle est en télétravail et séparée de son conjoint qui est coincé dans un autre pays.

Je prie davantage, j’ai pris conscience de beaucoup de projets que j’avais mis en suspens, j’ai du temps pour moi, j’ai repris le sport…

Pour Khadidiatou, une jeune femme de 25ans, la fatigue et l’insomnie l’accablent toutefois, elle essaie de s’adapter. Elle est en mode télétravail, vu qu’il n y a aucune visibilité sur la fin de la pandémie.

Une autre jeune dame dira : « J’ai perdu mon emploi avec la pandémie mais j’ai plus de temps pour ma famille et pour faire des recherches sur ma religion »

Seydou, un jeune entrepreneur se projette pour éviter la passivité « Nous essayons d’avancer car au début nous avions opté de surseoir à nos activités en évitant de communiquer dessus mais là, nous avons l’intention de poursuivre nos activités en prenant en compte les mesures barrières »

Photo : La Jeune Dame

lajeunedame

ajouter un commentaire

Abonnez-vous!

Une jeune dame, c'est toi, c'est moi. Elle a des rêves, elle se bat, elle y croit!

%d blogueurs aiment cette page :