La jeune Dame
Coronavirus et vie de famille

La Covid-19 aurait-elle changé notre vision de la famille ?

Après vous avoir raconté l’histoire de Bibi, je vous parle aujourd’hui de vie de famille. Peut-être, que vous partagez les mêmes réalités car quel que soit notre âge ou notre situation familiale, la pandémie de coronavirus a drastiquement bouleversé nos habitudes…

En répondant à notre questionnaire, une jeune dame qui a préféré garder l’anonymat écrivait : ” On a plus de temps et ça nous permet de nous retrouver, de faire le point sur notre vie (…) Aussi de ne plus remettre à demain, au sortir de cette pandémie “

Pour Aissa, étudiante et ayant une activité informelle, la pandémie n’a pas eu que des effets négatifs, elle qui ne passait pas beaucoup de temps avec sa famille affirme qu’elle a maintenant l’occasion de le faire. En Mars, elle quittait Dakar pour rejoindre le cocon familial en région, depuis, elle profite de son temps libre pour faire des recherches sur des domaines qu’elle ne maîtrisait pas bien.

Aissa pense très souvent à des notions comme le privilège, la vulnérabilité. Elle ajoute : ” Je développe mon sens du relationnel, j’ai plus de temps pour m’enquérir des nouvelles de mes ami(e)s et proches, ce qui était très difficile auparavant parce que j’étais tout le temps occupé. Tout a chamboulé avec le Coronavirus, ma vie n’est plus comme avant.Je suis de nature très dynamique, je déteste l’inactivité. Mes journées semblent extrêmement longues. “

Moi qui étais très câline, me voilà maintenant un peu méfiante vis-à-vis de l’autre, des personnes que j’aime. Ceci, est dû au respect des mesures barrières. Je vis cette période de manière ambivalente : difficilement et avec positivité. »

Un jeune du nom de Boubs disait être anxieux parce qu’avant la pandémie, il avait l’habitude de suivre son propre planning. A la question de savoir les points positifs et les leçons qu’il a tiré de cette pandémie. Il répond :

« Physiquement, mentalement et moralement je me sens bien, je ne vis plus le stress des jours d’avant, j’ai de nouvelles connaissances. Je prie, je jeûne et je rends grâce au Bon Dieu. J’ai pu faire un réel self checking, je suis en contact avec les gens qui m’inspirent et il y a une relation saine entre nous. La leçon est qu’on ne sait pas ce que nous réserve l’avenir. Il ne faut rien prendre pour acquis. Le matériel n’est rien comparé à la santé. Une relation à destination saine avec les parents et amis c’est possible! »

Pour terminer, un des participants souligne qu’il y a : « Peut-être une plus grande solidarité et d’humanité entre les gens, reste à confirmer cet avis après la pandémie. »

Image : Baba Diedhiou

lajeunedame

ajouter un commentaire

Abonnez-vous!

Une jeune dame, c'est toi, c'est moi. Elle a des rêves, elle se bat, elle y croit!

%d blogueurs aiment cette page :