La jeune Dame

Impact du coronavirus sur notre quotidien: l’histoire de Bibi

Bibi, (nom d’emprunt) est une jeune Sénégalaise habitant les Hlm.

En 2017, elle a obtenu son diplôme en Droit des Affaires à l’UCAD (Université Cheikh Anta Diop) diplôme qu’elle n’a pas pu exploiter, les rares expériences professionnelles qu’elle a eu à obtenir n’ont rien avoir avec son domaine d’étude.

Et pourtant, elle a postulé en ligne, déposé des courriers, effectué des relances.. Peut-être même, que son CV traine sur la table de RH qui ne veulent pas prendre le risque d’embaucher une débutante, qui plus est, le temps d’initiation, d’adaptation et de formation serait trop long.

Las d’attendre l’appel d’un potentiel recruteur, Bibi s’était aventurée en Octobre 2019 chez une grande marque de distribution, son CV et sa lettre de motivation a la main.

Il lui a fallu juste quelques jours avant de recevoir un appel d’une certaine Mme Diagne, qui lui confirmait qu’elle pouvait commencer à travailler dès le lendemain pour 70.000 F CFA par mois.

Excitée et motivée à l’idée de commencer son 1er travail dans une si grande structure, Bibi en parla aussitôt à ses parents et à son petit ami. Tout ce qu’elle voulait au plus profond d’elle, c’était un travail décent, qui pourrait lui permettre de satisfaire ses besoins primaires, sociaux et alléger les charges familiales qui incombaient encore à ses parents.

A peine 5 mois s’étaient écoulées, quand le 1et cas de COVID19 était annoncé à Dakar, et une semaine seulement, pour que, leur responsable Mme Diagne la convoque, elle et 5 autres de ses collègues pour leur signifier que leur contrat de travail s’arrêtait là.

C’était la blague du siècle, d’ailleurs il n’y avait ni contrat, ni papier qui stipulait qu’elle travaillait dans cette enseigne de distribution.

Bibi, était ébahie: c’était trop difficile de gérer une telle situation, c’était la 1ère fois qu’on lui demandait d’arrêter un boulot de façon aussi brusque. Elle retenait ses larmes et voyait tous ses espoirs s’affaisser.

Avec le peu d’argent qu’elle avait économisé, elle se décidait finalement à entreprendre. Depuis fin Avril, elle vend désormais des articles de cuisine. Elle publie en statut sur WhatsApp et reçoit des commandes, de toutes façons les gens achètent toujours, quelque chose, même si le besoin n’est pas là., elle se demande encore pourquoi elle n’y avait pas pensé un peu plutôt.

Bibi nourrit encore l’espoir d’être rappelé par l’entreprise, qui leur a promis de les reprendre dès que la situation sera revenue à la normale…

Image: Taisiia Stupak via Unsplash

lajeunedame

2 comments

Répondre à Amadou KANE Annuler la réponse

  • Histoire très touchante et inspirante à la fois !
    J’en retiens que bon nombre d’entreprises font pareille voire même pire avec leurs employés (surtout ceux ou celles qui sont fraîchement sortis (es) de leur formation professionnelle) c’est à dire tu peux travailler pour elles avec des rémunérations dérisoires pour ne pas dire misérables des fois sans contrat et un travail colossal à abattre
    En résumé on est à la merci de notre employeur
    Bibi a fait le bon choix de trouver sa propre micro-entreprise et de travailler pour son propre compte et je restes persuadé que nous la jeune génération actuelle devons arrêter d’envoyer nos CV partout dans l’attente d’une hypothétique réponse et nous tourner plutôt vers l’entrepreneuriat car c’est la solution idéale pour nous en sortir de la crise que connaît le monde socioprofessionnel depuis des années
    En définitive c’est une porte qui laisse entrevoir un avenir meilleur en tout cas .

    • Absolument Amadou, il faut commencer petit et gagner de l’expérience. Certains employeurs voudront toujours exploiter leurs employés d’où l’intérêt de connaitre ses droits pour ne pas être lésé même en étant stagiaire. Bien faire son travail et si le cœur y est Oui, entreprendre et persévérer, hélas, il n y a pas de pente facile, il faudra travailler 🙂

Abonnez-vous!

Une jeune dame, c'est toi, c'est moi. Elle a des rêves, elle se bat, elle y croit!

%d blogueurs aiment cette page :